Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Les humeurs changeantes d'Antigone


Index des rubriques

Recherche


Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Ailleurs sur Joueb.com
Débile...

Pour une fois ma psy m'a fait prendre conscience d'un truc. "J'ai tant rêvé de toi qu'il n'est plus temps sans doute que je m'éveille." Desnos. Effectivement, depuis l'an dernier quand je l'ai rencontré, c'est dans ses bras que je m'endors chaque nuit.

J’ai tant rêvé de toi J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité. Est-il encore temps d’atteindre ce corps vivant et de baiser sur cette bouche la naissance de la voix qui m’est chère ? J’ai tant rêvé de toi que mes bras habitués, en étreignant ton ombre, à se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas au contour de ton corps, peut-être. Et que, devant l’apparence réelle de ce qui me hante et me gouverne depuis des jours et des années, je deviendrais une ombre sans doute. Ô balances sentimentales. J’ai tant rêvé de toi qu’il n’est plus temps sans doute que je m’éveille. Je dors debout, le corps exposé à toutes les apparences de la vie et de l’amour et toi, la seule qui compte aujourd’hui pour moi, je pourrais moins toucher ton front et tes lèvres que les premières lèvres et le premier front venus. J’ai tant rêvé de toi, tant marché, parlé, couché avec ton fantôme qu’il ne me reste plus peut-être, et pourtant, qu’à être fantôme parmi les fantômes et plus ombre cent fois que l’ombre qui se promène et se promènera allègrement sur le cadran solaire de ta vie. Robert DESNOS Corps et Biens (1930) [J'ai toujours cette chance de tomber sur le poème ou la chanson qu'il me faut au bon moment.] Donc ma psy m'a fait réaliser que j'étais encore amoureuse. Que j'ai couché avec mon camarade de classe pour rendre jaloux celui que "j'aime". Et c'est là que je me suis aperçue que j'avais atteint le sommet de la débilité. Amoureuse d'une idée. On me demanderait de le décrire et j'en serais incapable. J'aime une idée. Je l'ai vu pendant deux semaines il y a un an. Et comme une conne, je ne l'ai pas oublié. En un an, on a du échanger 250 mots, pas plus. Mais mon cerveau dégénéré n'a pas oublié. Mais c'est vrai que ç'avait été un vrai plaisir de le dire à lui, à lui en premier le lendemain matin. Ça devait être comme de lui crier : "Alors, tu vois, t'as pas voulu de moi, alors je suis allée me faire baiser pas le premier qui a bien voulu. Ça aurait pu être toi !" Voire même le faire culpabiliser. Débile. Débile. Débile. Y'a bien longtemps que je sais qu'on ne peut forcer personne à aimer. Et j'arrive pas à l'avaler, cet échec là. Cuisant. Allez savoir comment j'ai pu me persuader qu'il était l'homme idéal. Aller savoir pourquoi j'ai pensé pouvoir le blesser en lui disant ça. Et ça me faisait rire d'avoir couché avec un autre alors que depuis presque un an je m'endors tous les soirs en pensant à lui. Surtout de le raconter à lui. Ridicule. Ridicule. Ridicule. 'Vais aller me cacher.

Ecrit par Antigone, à 01:17 dans la rubrique "Du rien sur un tas de vide".

Commentaires :

  Lili-la-tigresse
Lili-la-tigresse
11-07-04
à 12:21

il est idéal parce qu'il est absent. Et tu as construit une image idéale en remplissant idéalement toutes les zones d'ombre de lui. Il y a inévitablement des choses de lui que tu ignores. Et que tu t'es inventées très jolies.

  Anonyme
11-07-04
à 17:21

Re:

Alors là t'as vraiment touché le fonds… c'est ce genre de truc que tu veux entendre en postant ce genre d'articles ?

  jennifer
jennifer
11-07-04
à 21:03

Re: Re:

elle a au moins le courage de s'admettre et de reconnaitre "publiquement" qu'elle a eu tord. Pas sûr que tu en serais capable, cher anonyme.

  Antigone
Antigone
12-07-04
à 00:41

Re: Re: Re: Jennifer

Et si seulement déjà il assumait son identité...

:)

  Antigone
Antigone
12-07-04
à 00:38

Re: Re: Anonyme

Pas besoin de le dire, je le sais déjà.
Je ne sais pas ce que je voudrais qu'on me dise. Demande à Lili, elle a bien trouvé. Sinon, peut-être juste me dire que c'est bien beau de rêver, mais que c'est pas le tout. Que c'est pas bien d'utiliser les gens qu'on aime bien pour essayer de blesser ceux qu'on aimerait encore plus.
Ou alors rien. Maintenant que tu es fond, tapes-y un grand coup et remonte !
Voilà, pas mal ça.
Mais dans le fond, pas besoin de répondre. L'essentiel de l'article, c'est le poème de Desnos. Le reste, ce ne sont que mes propres reflexions. Je m'insulte. Et je dis aussi, c'était con, et la vengeance à 1000 km, ça sert à rien, ça ne fait de mal qu'à moi. Un peu de "Faites surtout pas comme moi !".

  Antigone
Antigone
12-07-04
à 00:29

Re: Lili

Choses jolies, mais surtout, fausses.
Mais qu'il est bon de se consoler en imaginant comme la vie serait belle avec lui... comme on s'endors en se sentant bien si on arrive à ressentir sa présence...
Et on se trouve encore des excuses : Pourquoi le vrai ça serait pas mes rêves avant de m'endormir ? Alors on en vient à renier la réalité, démission.

Pffff, conneries de rêves... connerie de réalité !



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom